Bienvenue dans De facto

Tous nos numéros

Les images migrent aussi
24 | Janvier 2021

Dias­pora chinoise, généra­tions, engagement
23 | Novembre 2020

Aux sources de la migra­tion
22 | Octobre 2020

Comment l’enquête Trajec­toires et Orig­ines a changé la donne sur les statis­tiques ethniques en France
21 | Été 2020

Migra­tion, inté­gra­tion et culture : approches économiques
20 | Juin 2020

Inégal­ités ethno-raciales 
et coro­n­avirus
19 | Mai 2020

Les migrants dans l’épidémie : 
un temps d’épreuves cumulées
18 | Avril 2020

Jeunes en migration,
entre défi­ance et protection
17 | Mars 2020

Les villes accueillantes
16 | Février 2020

Chiffrer les migra­tions : à quelles fins ?
15 | Janvier 2020

En atten­dant les papiers
14 | Décembre 2019

Classes supérieures et diplômés
face au racisme et aux discrim­i­na­tions en France

13 | Novembre 2019

Les femmes sont-elles
des « travailleurs immigrés »
comme les autres ?

12 | Octobre 2019

Réfugiés : du Niger à la Dordogne
10–11 | Été 2019

Les migra­tions contribuent-elles
à améliorer la condi­tion des femmes
au pays d’origine ?

9 | Juillet 2019

La santé mentale des immigré.e.s
se détériore après leur arrivée
8 | Juin 2019

Sonder et comprendre les opinions
sur les immi­grés et les minorités
7 | Mai 2019

La société française
et la construction
du « prob­lème musulman »
6 | Avril 2019

Les mobil­ités étudiantes
et le plan gouvernemental
“Bien­v­enue en France”
5 | Mars 2019

Le main­tien de l’État providence
est-il compat­ible avec l’accueil
des migrants
4
| Février 2019

La migra­tion est aussi
une affaire de mots
3 | Janvier 2019

Organ­i­sa­tions internationales
et mobilités
2 | Décembre 2018

Migra­tions africaines :
circu­la­tions et retours
1 | Novembre 2018

Numéro en cours

L’empow­erment, en français renforce­ment du pouvoir d’agir, est un processus au cours duquel, par la partic­i­pa­tion et le soutien entre pairs, les groupes opprimés dévelop­pent une conscience sociale et critique leur perme­t­tant de prendre conscience de leur pouvoir et de leur capacité d’action. Cette approche est parti­c­ulière­ment perti­nente pour les immi­grés en butte aux diffi­cultés de l’arrivée dans un nouveau pays.
Ces personnes pleines de ressources sociales et person­nelles, sans lesquelles elles n’auraient pas réussi à partir de leur pays, sont parfois confron­tées à des situ­a­tions diffi­ciles pendant leur trajec­toire migra­toire qui entra­vent leur capacité d’agir. Trouver au sein de collec­tifs les éléments pour trouver ou retrouver l’estime de soi, acquérir les connais­sances ou compé­tences néces­saires pour tracer son chemin dans le pays d’accueil, faire entendre sa voix et se sentir légitime à le faire, tous ces ingré­di­ents de l’empowerment participent de la résilience face aux diffi­cultés de la migration.
Cepen­dant, en France, ce concept encore peu utilisé dans le champ des migra­tions. Une raison pour De facto de proposer un coup de projecteur sur le concept d’empow­er­ment dans la recherche sur les migrations.