De facto n°2 | Déc. 2018

2 | Décembre 2018

Organisations internationales et mobilités

Alors que l’ONU ratifie le Pacte mondial “pour des migra­tions sûres, ordon­nées et régulières” à Marrakech les 10 et 11 décembre (voir la vidéo du soci­o­logue Antoine Pécoud), les chercheuses Virginie Guiraudon, Hélène Thiollet et Camille Schmoll revi­en­nent sur l’appel qu’elles ont lancé pour la créa­tion d’un Groupe­ment inter­na­tional d’experts sur les migra­tions et l’asile (GIEMA) et dont les premières pierres seront posées ce lundi 10 décembre au Collège de France. La société civile souhaite égale­ment influer sur les poli­tiques migra­toires des états, comme nous le raconte l’anthropologue Delphine Leroy qui a accom­pagné asso­ci­a­tions et citoyens d’Aubervilliers dans leur élab­o­ra­tion de propo­si­tions pour le Pacte mondial des Nations Unies. Dans son graphique du mois, le démo­graphe François Héran montre l’inégalité de la protec­tion accordée aux deman­deurs d’asile selon les pays d’Europe. Parce qu’elles consid­èrent que les migra­tions sont une normalité et pour sensi­biliser le public, les organ­i­sa­tions inter­na­tionales sont devenus le premier lieu d’expérimentation de la réalité virtuelle, mais le spécial­iste des images Francesco Zucconi se demande si l’on peut-on vrai­ment se mettre à la place d’un réfugié ? 

Sur le terrain

Les médias parlent des migrations

Revue de presse mensuelle