De facto n°5 | Mars 2019

5 | Mars 2019

Les mobilités étudiantes et le plan gouvernemental “Bienvenue en France”

La « stratégie d’attractivité pour les étudi­ants inter­na­tionaux » présentée par Édouard Philippe le 19 novembre dernier a suscité beau­coup de réac­tions dans les milieux univer­si­taires et asso­ci­atifs. Le Premier ministre prétend « gagner la bataille de la concur­rence inter­na­tionale entre nos systèmes d’enseignement supérieur et de recherche » en augmen­tant forte­ment les frais de scolarité des étudi­ants extra-commu­nau­taires. Le but est d’ac­cueillir les « étudi­ants les plus bril­lants et les plus méritants ».

Cette logique basée sur une immi­gra­tion choisie n’est pas nouvelle. Dans ce numéro de De facto, nous avons invité deux histo­ri­ennes, Françoise Blum, spécial­iste des étudi­ants africains, et Sara Legrand­jacques, qui travaille sur les étudi­ants asia­tiques, pour raconter l’accueil par la France de ces étudi­ants étrangers avant et après la décoloni­sa­tion. Nombreux vivaient à la Cité univer­si­taire de Paris dont le programme de recherche « A Global Youth in the Making », coor­donné par l’historien Guil­laume Tronchet, étudie les archives récem­ment déposées. La démo­graphe Lama Kabbanji, spécial­iste des mobil­ités étudiantes—et très active dans la contes­ta­tion universitaire—décrypte le projet du gouverne­ment « Bien­v­enue en France » et présente l’agence Campus France qui sélec­tionne les étudi­ants qui vien­nent de pays hors UE.

Dans la rubrique En Chiffres, elle présente l’évolution du nombre d’étudiants étrangers en France depuis vingt ans et une étude sur les raisons pour lesquelles ils choi­sis­sent ce pays. L’artiste-chercheuse Kahena Sanaâ a réalisé un spec­tacle de ces années d’étudiante étrangère à Paris, entre fragilité et humour. Elle répond à nos ques­tions dans la rubrique En Images.

Et comme chaque mois, retrouvez notre revue de presse spécial­isée sur les migra­tions, avec les grandes enquêtes et entre­tiens et les théma­tiques qui ont marqué le mois précédent.

Sur le terrain