Le nouveau De facto est en ligne !

29 | Décembre 2021

Penser les migrations à la lumière du pouvoir d’agir

Coor­donné par Annabel Desgrées du Loû et Anne Gosselin,

L’empow­erment, en français renforce­ment du pouvoir d’agir, est un processus au cours duquel, par la partic­i­pa­tion et le soutien entre pairs, les groupes opprimés dévelop­pent une conscience sociale et critique leur perme­t­tant de prendre conscience de leur pouvoir et de leur capacité d’action. Cette approche est parti­c­ulière­ment perti­nente pour les immi­grés en butte aux diffi­cultés de l’arrivée dans un nouveau pays. Ces personnes pleines de ressources sociales et person­nelles, sans lesquelles elles n’auraient pas réussi à partir de leur pays, sont parfois confron­tées à des situ­a­tions diffi­ciles pendant leur trajec­toire migra­toire qui entra­vent leur capacité d’agir. Trouver au sein de collec­tifs les éléments pour trouver ou retrouver l’estime de soi, acquérir les connais­sances ou compé­tences néces­saires pour tracer son chemin dans le pays d’accueil, faire entendre sa voix et se sentir légitime à le faire, tous ces ingré­di­ents de l’empowerment participent de la résilience face aux diffi­cultés de la migra­tion. Cepen­dant, en France, ce concept encore peu utilisé dans le champ des migra­tions. Une raison pour De facto de proposer un coup de projecteur sur le concept d’empow­er­ment dans la recherche sur les migrations.

Sommaire

La recherche commu­nau­taire comme cercle vertueux d’empowerment : l’exemple du projet Makasi
Iris Zoumenou, Séverine Carillon, Annabel Desgrées du Loû et Anne Gosselin, pour le groupe d’étude Makasi

Les migrants sont-ils acteurs de leur trajectoire ?
Alessandro Monsutti, anthro­po­logue et sociologue

L’empowerment ou pouvoir d’agir : une notion utile ?
Marie-Hélène Bacqué, sociologue-urbaniste

Empow­er­ment et migration/​immigration : une rencontre tardive mais des travaux de plus en plus nombreux
Karna Coulibaly, démo­graphe, et Andrainolo Raval­i­hasy, statisticien