MIGRAPRIV

← Retour à la page Recherche

Colloque
« Des migrations internationales privilégiées ? »

Mardi 7 et mercredi 8 décembre 2021

À travers le ques­tion­nement de la caté­gorie « migra­tion priv­ilégiée », ce colloque se donne pour but de comprendre les rapports de pouvoir multi­ples qui se nouent autour de l’accès et de l’expérience de la mobilité inter­na­tionale (Cress­well 2010, Croucher 2012). Le classe­ment des passe­ports selon le nombre de pays auxquels ils donnent accès sans visa (Henley Pass­port Index) est un exemple emblé­ma­tique de critère—la nationalité—ouvrant un priv­ilège parti­c­ulier au regard de la mobilité inter­na­tionale. Mais l’enjeu du colloque est de complex­i­fier la notion de priv­ilège, qui embrasse poten­tielle­ment toutes les dimen­sions de l’expérience migratoire.

Rela­tionnel, le priv­ilège n’existe pas « en soi », il s’apprécie au regard des posi­tions et des reven­di­ca­tions de différents groupes sociaux dans un contexte donné (d’échelle vari­able, du local au global), et au regard d’un ou plusieurs rapports de pouvoir (nation­alité, classe, race, genre, sexu­alité, etc.). Il engage aussi une dimen­sion subjec­tive parfois complexe : souvent minimisé pour être mieux défendu (Ferber, 2012), convoqué pour disqual­i­fier ou mis en avant pour se distinguer, le priv­ilège pose la ques­tion tant de la matéri­alité des rapports sociaux que de leur percep­tion. La migra­tion inter­na­tionale offre une entrée empirique parti­c­ulière­ment riche pour aborder la notion de priv­ilège, puisqu’elle consiste en un change­ment de référen­tiel, qui fait varier la posi­tion de celles et ceux qui partent. Cette caté­gori­sa­tion évolue dans le temps (Green 2008), et en fonc­tion de cadres poli­tiques et juridiques vari­ables (Fabbiano et al. 2019). Au-delà, son usage dans la pratique de l’enquête peut aussi poser ques­tion, lorsque les groupes étudiés ne se recon­nais­sent pas dans le qual­i­fi­catif de « privilégié ».

Programme

9h-9h30 : Introduction

Eren Akin, Théo­time Chabre, Brenda Le Bigot

Axe 1 : Migrer pour acquérir ou maintenir une position privilégiée

9h30-11h – Session 1 : Les migrations de jeunesse comme voie d’ascension sociale 

Modéra­tion et discus­sion : Pauline Vallot, Hugo Bréant

  • Sylvie Brede­loup, « La mobilité des jeunes Européens dans les capi­tales ouest-africaines », Inst. de Recherche pour le Développement
  • Roufaïda Henni, « La migra­tion d’étude vers la France : une voie priv­ilégiée de mobilité sociale », Univ. de Tours
  • Florence Ihad­dadene, « Un priv­ilège différencié : l’expérience du volon­tariat inter­na­tional à Mada­gascar à partir de la France hexag­o­nale et de La Réunion », Univ. Picardie Jules Verne
Pause (15 minutes)

11h15-13h – Session 2 : Privilèges nationaux et raciaux dans la migration 

Modéra­tion et discus­sion : Claire Cosquer, Hélène Quashie

  • Marine Duc, « Une migra­tion qui blan­chit ? Repo­si­tion­nement racial et migra­tion étudi­ante chez les étudiant·e·s groenlandais·e·s inscrit·e·s dans un étab­lisse­ment du supérieur au Dane­mark », Univ. de Bordeaux
  • Stéphanie Guyon, « Le priv­ilège métro­pol­i­tain. Élite judi­ci­aire et hiérar­chies post-colo­niales dans les outre- mer français », Univ. Picardie Jules Verne
  • Hadrien Dubucs, « Ce que le loge­ment dit des priv­ilèges en migra­tion. Les choix rési­den­tiels des Français·e·s aux Émirats arabes unis », Sorbonne Univ. Abu Dhabi
Pause repas (1h)

Axe 2 : Ambivalence et fragilité des privilèges en migration

14h-15h45 – Session 1 : Dynamiques familiales et conjugales

Modéra­tion et discus­sion : Pauline Vallot, Kevin Mary

  • Thomas Pfirsch, « Le « priv­ilège de parenté » des migrants intra-européens. Usages transna­tionaux de la parenté et nouvelles migra­tions ital­i­ennes qual­i­fiées à Paris », Univ. Poly­tech­nique des Hauts de France
  • Miyako Hayakawa, « Inser­tion profes­sion­nelle des migrantes japon­aises en France : l’intersection de la classe sociale, les normes conju­gales, et le capital culturel », EHESS
  • Sofia Aouani, « Devenir immi­grées : de la migra­tion transna­tionale à l’installation durable en France métro­pol­i­taine pour des femmes de la bour­geoisie maro­caine et algéri­enne », Univ. de Grenoble Alpes
Pause (15 minutes)

16h-17h45 – Session 2 : Les privilèges au travail et leurs limites

Modéra­tion et discus­sion : Simeng Wang, Anne-Catherine Wagner

  • Eva Renaudeau, « Vulnéra­bilité des corps priv­ilégiés ? Pratiques thérapeu­tiques des Français·e·s en Roumanie », EHESS
  • Claire Leinot, « Déclasse­ment profes­sionnel et social des infirmier·ère·s diplômé·e·s hors Union Européenne immigré·e·s en France », Univ. de Paris
  • Djamilou Ouro-Agoro, « Les migra­tions priv­ilégiées de travail des Temba-Koto­coli (Togo) de la période colo­niale à nos jours : le cas des séjours ghanéo-nigérians, alle­mands et du pèleri­nage mecquois », Univ. de Lomé (Togo)

Axe 3 : Des rapports privilégiés à l’espace d’arrivée ?

9h-10h45 – Session 1 : Dimensions (post-)coloniales de l’installation en territoire étranger

Modéra­tion et discus­sion : Elieth P. Eyebiyi, Brenda Le Bigot

  • Clio Chave­neau, « La mobilité comme priv­ilège : posi­tion­nements et ambiva­lences des étrangers rési­dant dans les Terri­toires pales­tiniens occupés », Sorbonne Univ. Abu Dhabi
  • Sylvain Beck et Bene­dicte Brahic, « Expa­tri­a­tion, vulnéra­bilité et mémoires colo­niales. Le cas des Français dans la Grande-Bretagne du Brexit », Science Po Paris /​Manchester Metro­pol­itan University
  • Clémen­tine Lehuger, « « Mayotte tu vois, c’est la France, mais c’est pas la France » : les imag­i­naires post­colo­niaux des « expats » à Mayotte », Univ. Paris 1
Pause (15 minutes)

11h-12h45 – Session 2 : Migrations intra-européennes

Modéra­tion et discus­sion : Vincent Hugoo, Nancy L. Green

  • Camille Hochedez et Christophe Imbert : « Les lifestyle farmers, des migrants inter­na­tionaux priv­ilégiés ? Une perspec­tive à partir de néo-paysans étrangers dans les campagnes du Sud-Ouest français (Ariège, Dordogne) », Univ. de Poitiers
  • Martina Vignoli, « Les immi­grés dans la restau­ra­tion ital­i­enne à Paris. Straté­gies d’exploitation de l’ethnicité ital­i­enne par des jeunes immi­grés et par les employeurs », CRISS, Univ. Poly­tech­nique, Hauts-de- France
  • Elodie Hut, « Percep­tions et pratiques de migrants priv­ilégiés ital­iens, grecs et turcs rési­dant à Brux­elles à l’aune de la crise euro-méditer­ranéenne de gouver­nance migra­toire », Univ. de Liège (Belgique)
Pause repas (1h)

Axe 4 : Action publique et migrations privilégiées

13h45-15h30 – Session 1 : Politiques de l’exil 

Modéra­tion et discus­sion : Eren Akin, Pascale Laborier

  • Lucile Lebrette, « Le « priv­ilège » comme enjeu des fron­tières de l’exil et de l’asile. Étude comparée de l’expérience migra­toire de deux exilés irakiens, arabe et yézidi », EHESS
  • Léo Fourn, « Le capital mili­tant comme priv­ilège. L’asile et l’accueil des révo­lu­tion­naires syrien·nes en France », Aix-Marseille Univ.
  • Fanny Faccenda, « La migra­tion des entre­pre­neurs et étudi­ants syriens au Maroc et en Belgique : entre priv­ilèges et fuite », Univ. Saint-Louis (Brux­elles)
Pause (15 minutes)

15h45-17h45 – Session 2 : Politiques de la sélection migratoire

Modéra­tion et discus­sion : Theo­time Chabre, Eve Bantman-Masum, Lama Kabbanji

  • Mireille Paquet et Chedly Belkhodja, « Un régime migra­toire de facil­i­ta­tion : l’ac­tion publique du Québec et du Canada visant l’at­trac­tion des ressor­tis­sants français », Univ. Concordia (Canada)
  • Juli­ette Dupont, « Désir­able, une caté­gorie d’ac­tion publique locale. La mise en œuvre de la poli­tique de visa en Chine au service de l’at­trac­tivité touris­tique », Univ. de Montréal (Canada)
  • Séverine Chauvel, « Les disposi­tifs de sélec­tion des étudiant·e·s étranger·e·s en Master en France », Univ. Paris Est Créteil

18h – Conclusion du colloque

Claire Cosquer, Vincent Hugoo, Pauline Vallot

Organisation

  • Eren Akin (Univer­sité Paris Nanterre, ISP-CNRS, ICM)
  • Théo­time Chabre (Aix-Marseille Univer­sité, Mesopolhis, ICM)
  • Claire Cosquer (INED, ICM)
  • Saskia Cousin (Univer­sité Paris Nanterre, Sophi­apol, ICM)
  • Vincent Hugoo (Univer­sité Panthéon- Sorbonne, CESSP-CSE)
  • Brenda Le Bigot (Univer­sité de Poitiers Migrinter, ICM)
  • Pauline Vallot (Univer­sité de Bour­gogne, IREDU)
  • Caro­line Mathieu-Bertiaux (Stagiaire gestion de projet scien­tifique /​master­ante EHESS)
  • Eve Bantman-Masum (Univer­sité Toulouse Jean Jaurès, LISST)
  • Hugo Bréant (Ined, CESSP, Dysolab, ICM)
  • Saskia Cousin (Univer­sité Paris Nanterre, Sophi­apol, ICM)
  • Elieth P. Eyebiyi (LASDEL & IHACREPOS)
  • Grazia Scarfò Ghellab (EHTP, Casablanca)
  • Nancy L. Green (EHESS, CRH, ICM)
  • Pascale Laborier (Univer­sité Paris-Nanterre, ISP, ICM)
  • Lama Kabbanji (IRD, CEPED, MobElites, ICM)
  • Kevin Mary (Univer­sité de Perpignan Via Domitia, Art-Dev, MobElites)
  • Hélène Quashie (LARTES-IFAN/IMAF)
  • Simeng Wang, (CNRS, CERMES3, ICM)
  • Anne-Catherine Wagner (Univer­sité Paris 1 Panthéon-Sorbonne, CESSP)
Pour assister au colloque sur place ou en ligne, l’inscription est oblig­a­toire. Atten­tion : les inscrip­tions sont ouvertes jusqu’au 1er décembre 2021.

Accès sur place

Campus Condorcet
Centre de collo­ques – Audi­to­rium 150

2, place du Front populaire
93300 Aubervilliers
M12 Front populaire

Proto­cole sani­taire du campus Condorcet :
accès au colloque sur présen­ta­tion du

pass sani­taire et port du masque

oblig­a­toire

Publication

Ce colloque est financé dans le cadre du projet MIGRAPRIV, lauréat du 3e appel à projets de l’In­stitut Conver­gences Migrations.