De facto n°9 | Juillet 2019

Les migrations contribuent-elles à améliorer la condition des femmes au pays d’origine ?

Ce 9e numéro de De facto mobilise des chercheurs en économie du développe­ment pour apprécier les conséquences des migra­tions sur la condi­tion des femmes dans les pays d’origine. Sandrine Mesplé-Somps et Idrissa Diabaté montrent que les émigrées qui rentrent au Mali depuis la Côte d’Ivoire contribuent à faire reculer l’excision. À l’opposé, Simone Bertoli constate que les Égyp­tiens ayant séjourné dans les pays du Golfe en revi­en­nent avec une vision plus conser­va­trice du rôle des femmes. Jason Gagnon compare migra­tions féminines et migra­tions mascu­lines à l’échelle des grandes régions du monde et montre que les femmes migrent aussi dans l’espoir de s’émanciper. Au Sénégal, où nous emmène Sylvie Lambert, les migra­tions matri­mo­ni­ales des femmes peuvent leur perme­ttre d’améliorer leur bien-être et de gagner en autonomie.

Enfin, dans le prolonge­ment du numéro 7 de De facto sur les opin­ions envers les immi­grés et les minorités, l’historien de l’art Victor Stoi­chita s’appuie sur La Diseuse de bonne aven­ture de Georges de La Tour pour dégager les sources de la figure imag­i­naire de la bohémi­enne.

Tous nos arti­cles et vidéos sont repub­li­ables gratu­ite­ment.

Sur le terrain