Municipales 2020 : immigrés et candidat.e.s d’origine asiatique dans Paris et sa banlieue

Baptiste Coulmont, sociologue

Lors des élections municipales de 2020, le nombre de candidats d’origine asiatique en Île-de-France a sensiblement augmenté. L’occasion de comparer ces chiffres à l’implantation de la communauté dans la région.

Les popu­la­tions d’origine chinoise, viet­nami­enne et cambodgi­enne ne devi­en­nent numérique­ment impor­tantes dans Paris et sa banlieue que depuis quatre décen­nies. Malgré le manque de sources, on entrevoit une évolu­tion dans leurs pratiques poli­tiques. C’est l’objet du projet Partic­i­pa­tion poli­tique des popu­la­tions issues de l’immigration asia­tique en France (PolAsie). Sans attendre les résul­tats, on peut déjà souligner une corréla­tion entre la répar­ti­tion géographique des popu­la­tions concernées et les candi­da­tures aux élec­tions. Lors du recense­ment, les habi­tants de la France sont invités à indi­quer leur lieu de nais­sance mais pas celui des parents. On se concen­trera donc ici sur les immi­grés, sans pouvoir inclure les descen­dants nés en France.

La propor­tion des rési­dents d’Île-de-France nés en Chine, au Vietnam ou au Cambodge peut être estimée à l’échelle infra-commu­nale des IRIS, les Îlots regroupés pour l’information statis­tique (carte). Voisine de zéro dans la majeure partie du Grand Paris, elle se rapproche de 20 % dans quelques micro-quartiers.

À l’échelle de Paris et de sa proche banlieue, deux constats s’im­posent. Tout d’abord, la popu­la­tion concernée réside dans des quartiers qui comptent beau­coup d’immigrés : Belleville, dans le 19e arrondisse­ment, le long des 10e, 11e et 20e arrondisse­ments, et au-delà du périphérique, au nord-est de Paris, du côté d’Aubervilliers, La Courneuve et Bagnolet. Au sud, elle se concentre dans le 13e arrondisse­ment, ainsi que vers Ivry-sur-Seine et Évry. À l’opposé, toute­fois, nombreuses sont les local­ités où la popu­la­tion immi­grée est impor­tante, mais avec très peu de personnes nées en Chine, au Cambodge ou au Vietnam. Ainsi le quartier de Barbès, dans le 18e arrondisse­ment, ou les communes de Saint-Denis ou Aulnay-sous-Bois, en Seine-Saint-Denis.

Lors des élec­tions munic­i­pales de 2020, des candidat.e.s d’origine asia­tique se sont présenté.e.s dans les quartiers où se concentre la popu­la­tion asia­tique (Données PolAsie). Près de 20 dans le 13e arrondisse­ment, près de 10 dans le 20e, une douzaine à Aubervil­liers, près de 10 à Vitry, une poignée à Ivry, dans le 19e ou à la Courneuve… et très peu ailleurs. Ces chiffres ont été multi­pliés par trois depuis 2014. Même modestes — et le nombre d’élus l’est bien sûr encore plus —, ils attes­tent une poli­ti­sa­tion crois­sante des immi­grés comme des descen­dants. Les premiers ont un taux d’inscription limité à 70% (selon les Enquêtes Partic­i­pa­tion élec­torale de l’Insee), car moins de la moitié sont français, ce qui affaiblit leur poids élec­toral. Mais on peut penser que les seconds, nés en France, sont davan­tage inscrits sur les listes électorales.

La corréla­tion entre la présence d’une immi­gra­tion d’origine chinoise, viet­nami­enne ou cambodgi­enne et l’émergence de candi­da­tures asia­tiques soulève une ques­tion : reflète-t-elle la volonté des partis de présenter des candi­da­tures plus représen­ta­tives à l’échelle locale, ou s’agit-il d’un vote « commu­nau­taire », les Asia­tiques préférant « voter asiatique » ?

Pour aller plus loin
  • Janelle Wong et al., Asian Amer­ican Polit­ical Partic­i­pa­tion : Emerging Constituents and their Polit­ical Iden­ti­ties. New York, Russell Sage Foun­da­tion, 2011.
L’auteur

Baptiste Coul­mont est professeur des univer­sités à l’École normale supérieure Paris-Saclay.

Citer cet article

Baptiste Coul­mont, « Munic­i­pales 2020 : immi­grés et candidat.e.s d’origine asia­tique dans Paris et sa banlieue », in : Hélène Le Bail et Ya-Han Chuang (dir.), Dossier « Dias­pora chinoise, généra­tions, engage­ment », De facto, n°23, nov. 2020. URL : https://​www​.icmi​gra​tions​.cnrs​.fr/​2​0​2​0​/​1​1​/​1​8​/​d​e​f​a​c​to-023 – 04/

Republication

De facto est mis à dispo­si­tion selon les termes de la Licence Creative Commons Attri­bu­tion-No deriv­a­tive 4.0 Inter­na­tional (CC BY-ND 4.0). Vous êtes libres de repub­lier gratu­ite­ment cet article en ligne ou sur papier, en respec­tant ces recom­man­da­tions. N’éditez pas l’article, mentionnez l’auteur et précisez que cet article a été publié par De facto | Institut Conver­gences Migra­tions. Demandez le embed code de l’article à defacto@icmigrations.fr