PUBLI : Lucas Puygrenier, « Un salariat au-delà du marché de l’emploi : le travail migrant ou le travail illibéral à l’île Maurice », Sociologie du Travail, vol. 63, n°3, 2021

Présen­ta­tion

À partir d’une enquête sur le travail migrant réal­isée au sein d’un site indus­triel délo­calisé, les usines de l’île Maurice, cet article explore la routine d’un salariat qui échappe à l’institution libérale du marché de l’emploi. En proposant le concept de « travail illibéral », l’article met en évidence deux dimen­sions de l’emploi des étrangers. Celui-ci constitue tout d’abord une marchan­di­s­a­tion empêchée du travail, solu­tion des employeurs locaux face à un salariat local jugé trop désin­volte et trop peu engagé dans les processus de produc­tion. Sujette à une série de règles formelles ou informelles imposées par l’État, les employeurs et leurs inter­mé­di­aires, la main‑d’œuvre étrangère est en effet contrainte à une disponi­bilité temporelle constante perme­t­tant aux indus­triels d’adapter les temps de travail aux fluc­tu­a­tions de la demande inter­na­tionale. Mais le recours à l’emploi des étrangers constitue égale­ment une réforme de l’économie morale du monde indus­triel mauricien, une distri­b­u­tion nouvelle des oblig­a­tions récipro­ques entre le « bon travailleur » et le « juste employeur » mani­feste notam­ment lorsqu’émergent les conflits du travail.