Le dernier De facto est en ligne !

27 | Juillet 2021 

Migrer sans entraves 

Coor­donné par Eren Akin, Théo­time Chabre, Claire Cosquer, Saskia Cousin, Vincente Hugoo, Brenda Le Bigot et Pauline Vallot

Il y a quelque chose de para­doxal dans l’expression
« migra­tions priv­ilégiées » là où, dans les discours publics, le fait migra­toire est souvent associé au déplace­ment des personnes exilées en situ­a­tion irrégulière. Pour­tant, certains passages de fron­tière emprun­tent des chemins plus aisés et perme­t­tent même de consolider une posi­tion sociale domi­nante. Béné­fi­ci­aires de contrats d’expatriation, retraité·e·s des pays du Nord en quête d’un cadre de vie agréable ou encore adolescent·e·s ou jeunes adultes en quête de scolarité ou de forma­tion supérieure… sont autant de profils migra­toires carac­téris­tiques de ces déplace­ments inter­na­tionaux facil­ités, qui peuvent donner lieu à des instal­la­tions à long ou moyen terme.

Ce numéro de De facto s’intéresse à ces déplace­ments priv­ilégiés dont le carac­tère migra­toire est euphémisé par des formules telles que « mobilité », « expa­tri­a­tion » ou encore « tourisme ». Au-delà du sens commun, il s’agit d’analyser et de pointer les inégal­ités qui séparent les expéri­ences migratoires.

Lire le numéro