Quelle est l’insertion professionnelle des migrantes japonaises en France ?

Entretien avec  Miyako Hayakawa, anthropologue

La France compte près de 40 000 expatriés japonais, généralement diplômés et avec de bonnes situations sociales. Parmi eux, les femmes sont pourtant obligées de sacrifier leur carrière professionnelle. Entretien avec Miyako Hayakawa qui a enquêté sur les migrantes japonaises en France.

L’autrice

Miyako Hayakawa est doctor­ante en anthro­pologie sociale au Centre Norbert Elias à l’EHESS Marseille.

Citer cet article

Miyako Hayakawa, « Quelle inser­tion profes­sion­nelle pour les migrantes japon­aises en France ? », in : Eren Akin, Théo­time Chabre, Claire Cosquer, Saskia Cousin, Vincente Hugoo, Brenda Le Bigot et Pauline Vallot, Dossier « Migrer sans entraves », De facto [En ligne], 27 | Juillet 2021, mis en ligne le 13 juillet 2021. URL : https://www.icmigrations.cnrs.fr/2021/04/27/defacto-026–02/

Republication

De facto est mis à dispo­si­tion selon les termes de la Licence Creative Commons Attri­bu­tion-No deriv­a­tive 4.0 Inter­na­tional (CC BY-ND 4.0). Vous êtes libres de repub­lier gratu­ite­ment cet article en ligne ou sur papier, en respec­tant ces recom­man­da­tions. N’éditez pas l’article, mentionnez l’auteur et précisez que cet article a été publié par De facto | Institut Conver­gences Migra­tions. Demandez le embed code de l’article à defacto@​icmigrations.​fr