« Ce n’est pas dans le confort de son cabinet que l’on décrète que l’islamophobie existe ou non, c’est sur le terrain par des observations et des expériences menées », déclare François Héran dans Libération, 24 mars 2021

Dans son entre­tien à Libéra­tion, François Héran, directeur de l’In­stitut Conver­gences Migra­tions, essaie de réori­enter le débat actuel autour de l’« islam­o­gauchisme », des réunions mixtes et de l’is­lam­o­phobie vers les enquêtes empiriques. Les discrim­i­na­tions vécues par des minorités ethno-raciales en France sont bien docu­men­tées par la recherche, il faut se servir des données produites scien­tifique­ment pour informer et débattre intel­ligem­ment. « Ce n’est pas dans le confort de son cabinet que l’on peut décréter que l’is­lam­o­phobie existe ou n’ex­iste pas, c’est sur le terrain par des obser­va­tions et des expéri­ences menées. » rappelle-t-il.