PUBLI : Elsa Tyszler, « Masculinités et féminités à la frontière maroco-espagnole. Miroirs d’un contrôle migratoire racialisé et genré », Revue Anthropologie & développement, n° 51, 2020, p. 155 – 170.

Présen­ta­tion 

Cette contri­bu­tion éclaire une dimen­sion peu étudiée des percep­tions, straté­gies et tactiques déployées par les acteurs et actrices confronté·es à l’articulation entre sécu­rité et migra­tion en Afrique, ici autour du cas des ressortissant·es d’Afrique centrale et de l’Ouest tentant de franchir la fron­tière maroco-espag­nole. L’article explore, d’un point de vue ethno­graphique, comment les masculin­ités et les féminités de migrant·es racisé·es sont recon­fig­urées aux portes des enclaves de Ceuta et Melilla. S’appuyant sur un travail de terrain de longue durée, réalisé entre 2015 et 2017, il présente plusieurs figures d’hommes migrants dans cet espace spéci­fique, celle des « sauteurs de barrières » et celle du « chairman », tout en montrant, en miroir, l’articulation de ces masculin­ités à la construc­tion de féminités parti­c­ulières. Étudier les condi­tions de produc­tion et de perfor­mance de ces posi­tions sociales (plus ou moins) éphémères de genre, c’est entre­prendre une compréhen­sion beau­coup plus détaillée des conséquences actuelles des poli­tiques migra­toires et de ce qu’elles génèrent en termes de violences racistes, sexistes et sexuelles.

Abstract

This contri­bu­tion sheds light on a little-studied dimen­sion of the percep­tions, strate­gies and tactics deployed by the actors confronted with the artic­u­la­tion between secu­rity and migra­tion in Africa, specif­i­cally around the case of Central and West African nationals trying to cross the Moroccan-Spanish border. The article explores, from an ethno­graphic point of view, how the masculin­i­ties and femi­nini­ties of racial­ized migrants are recon­fig­ured at the gates of the enclaves of Ceuta and Melilla. Based on long-term field­work carried out between 2015 and 2017, it presents several figures of migrant men in this specific space, the “barrier jumpers” and the “chairman”, while showing, in mirror image, the artic­u­la­tion of these masculin­i­ties to the construc­tion of partic­ular femi­ni­ties. Studying the condi­tions of produc­tion and perfor­mance of these (more or less) ephemeral social posi­tions of gender means under­taking a much more detailed under­standing of the current conse­quences of migra­tion poli­cies and what they generate in terms of racist, sexist and sexual violence.

Page de référence