CONF : Séance « Territoires de solidarités » du séminaire « Politiques de l’exil, politiques de territoire » — 13 janvier 2021, 16h-20h, en ligne

Séminaire « Politiques de l’exil, politiques de territoire »

Pour sa 10e année conséc­u­tive, le sémi­naire du programme Non-Lieux de l’exil – affilié à l’Institut Conver­gences Migra­tions, à l’IRIS-EHESS et au groupe de recherche Aesthetics, Poli­tics & Knowl­edge de l’Institut de Philoso­phie de l’Université de Porto, dirigé par Eugenia Vilela, est égale­ment associé au nouveau master Migra­tions (ICM, Paris I, EHESS).

Séance « Territoires de solidarité »

Dans le cadre d’une année consacrée aux Poli­tiques de l’exil – Poli­tiques de terri­toire, cette séance s’attachera à discuter de différentes initia­tives citoyennes d’accueil, de la poli­ti­sa­tion de “la maison” dans un contexte d’inhospitalité institutionnelle.

16 – 20h : séance en ligne

avec : Camille Louis (Philosophe, Collectif Kom-Post), Sophie Djigo (Philosophe, collectif Migrac­tion), Joelle Le Marec (U. Paris IV)

→  Ouvrage présenté par les auteurs : Chris­tiane Vollaire et Philippe Bazin : Un Archipel de soli­darité – Grèce 2017 – 2020, Loco (2020)

Coor­di­na­tion : Emilie Da Lage (GERIICO, U.de Lille) / Ouvrage présenté par Chowra Makaremi (IRIS EHESS-CNRS)

Présen­ta­tion des intervenant.e.s 

Sophie DJIGO est philosophe et engagée dans le collectif Migrac­tion. Elle travaille à Calais en dévelop­pant une philoso­phie de terrain qui lui permet de penser à partir des situ­a­tions de violences, mais aussi des formes de soli­darité qui se déploient à Calais. Elle a publié Les migrants de Calais, une enquête sur la vie en transit aux éditions Agone en 2016 et Aux fron­tières de la démoc­ratie, aux éditions Au bord de l’eau en 2019.

Emilie DA LAGE  est chercheuse en sciences de l’Information et de la Commu­ni­ca­tion à l’Université de Lille-SHS, membre du labo­ra­toire GERIICO. Ses travaux portent sur la dimen­sion culturelle et sociale des circu­la­tions mondi­al­isées des produc­tions culturelles et médi­a­tiques. Elle a participé au collectif Décamper ! et coor­donné en 2016 – 2017 un programme de recherche-action et de sémi­naires financé par la MESHS-Lille « Créa­tivité et migra­tion en situ­a­tion d’encampement ». Elle a notam­ment publié « Les refrains de la mondi­al­i­sa­tion », avec François Debruyne, dans la revue Réseaux, (Réseaux N°192 La décou­verte, 115 – 142, 2015.), « La musique le temps le camp » (in Décamper ! La Décou­verte, 2016), elle a égale­ment produit un dispositif de valori­sa­tion de la recherche de terrain à Grande Synthe sous la forme d’une instal­la­tion sonore exposée régulière­ment dans différents lieux culturels. https://​sound​cloud​.com/​e​m​i​l​i​e​-​d​a​-​l​a​g​e​/​m​o​o​d​-​o​f​-​t​h​e​-​w​o​m​e​n​-​center. Elle est membre des Non-lieux de l’exil et co-coor­donne le séminaire

Camille LOUIS est artiste dramaturge, co-initi­atrice du collectif inter­na­tional kom​.post (composé de chercheurs, artistes et activistes) et docteure en philoso­phie. Elle a notam­ment coor­donné la publi­ca­tion du numéro 51 de la revue Tumultes. »Cosmopoli­tique en exils : des xénop­olis à l’édification d’un monde commun » avec Etienne Tassin. Elle est par ailleurs impliquée dans le collectif La Casa, engagé dans une poli­tique d’accueil digne et visant à l’égalité radi­cale. Elle est aussi très engagée sur les terrains des luttes et soli­dar­ités grec­ques, notam­ment à Athènes et sur l’île de Lesbos.

Joëlle LE MAREC  est professeur en sciences de l’information et de la commu­ni­ca­tion à Paris IV. Ses travaux portent sur les rapports sciences, savoirs, société. Elle anime un collectif de recherche sur la produc­tion de savoir en situ­a­tion de précarité. Elle est engagée dans l’accueil des mineurs isolés. Elle a récem­ment publié, avec Amara Camara La voix d’Amara. aux éditions SiKiT.

Chowra MAKAREMI est anthro­po­logue et chercheuse au CNRS, à l’IRIS. Elle a travaillé sur la déten­tion frontal­ière en France et coor­donné plusieurs collec­tifs de recherche sur les disposi­tifs de contrôle migra­toire en Europe. Elle travaille égale­ment sur la violence post-révo­lu­tion­naire en Iran à partir de la notion de contre-archive, et explore différentes pratiques d’écritures (cinéma docu­men­taire, roman graphique). Elle co- coor­donne le sémi­naire et est membre des Non-lieux de l’exil.

Chris­tiane VOLLAIRE I Philippe BAZIN. Chris­tiane Vollaire philosophe, est chercheure asso­ciée au Centre de Recherche sur le Travail et le Développe­ment du CNAM, membre du programme Non-lieux de l’exil (EHESS-Institut Conver­gences-Migra­tions), membre de la rédac­tion de la revue Chimères. Elle a forgé dans les années 2000 un concept de la philoso­phie de terrain à partir duquel elle travaille actuelle­ment sur plusieurs terrains poli­tiques concer­nant à la fois les migra­tions et les reven­di­ca­tions : Balkans (2000), Pologne (2008), Égypte (2011), Chili (2012), Turquie (2013), Bulgarie (2014), Grèce (2017−2020) ; mais aussi en France, autour des camps du Nord, du mouve­ment des Gilets jaunes et des quartiers popu­laires. Ouvrages parus : Human­i­taire, le cœur de la guerre, L’Insulaire, 2007 ; Pour une Philoso­phie de terrain, Créaphis, 2017. Elle a publié plusieurs ouvrages avec Philippe BAZIN dont Le Milieu de nulle part, Créaphis, 2012 et Un Archipel de soli­darité – Grèce 2017 – 2020, Loco (2020). Phillipe Bazin est photographe, diplômé de l’Ecole Nationale Supérieure de la Photogra­phie d’Arles, HDR, professeur de photogra­phie à l’École Nationale Supérieure d’Art de Dijon. Il a développé depuis le début des années 80 un travail prenant en compte les rela­tions que nous entretenons avec les différents phénomènes insti­tu­tion­nels qui enca­drent et organ­isent l’existence sociale, autour de la ques­tion du visage. Il a publié en 2009 un ouvrage réca­pit­u­latif de l’ensemble de son travail sur les visages, La Radi­cal­i­sa­tion du Monde (l’Atelier d’édition). Depuis le début des années 2000, son travail artis­tique se développe autour des rela­tions entre esthé­tique et poli­tique. Parmi ses ouvrages récents Les Coupes (Créaphis, 2017) et Pour une Photogra­phie docu­men­taire critique (Créaphis, 2017)

Page de référence et modal­ités d’inscription 

Décou­vrez le programme complet du sémi­naire « Poli­tiques de l’exil, poli­tiques de territoire »