PUBLI : Wisnu Adihartono, Migration et soutien familial : Le cas des gays indonésiens à Paris, Generis Publishing, 2020, 365 p.

Présen­ta­tion

Il est indé­ni­able que la violence et le harcèle­ment sont des prob­lèmes qui affectent toutes les formes de commu­nautés homo­sex­uelles à travers le monde. En tant qu’individus, les homo­sex­uels ne sont toujours pas acceptés comme des citoyens à part entière. De là est né le terme « d’homophobie » qui vise toutes les atti­tudes néga­tives à l’égard des homo­sex­uels telle par exemple la discrim­i­na­tion directe et indi­recte visant toute personne dont l’apparence ou le comporte­ment ne se conforme pas aux stéréo­types domi­nants de la masculinité ou de la féminité. Nous voyons dans cette recherche qu’il y a des milliers d’années, l’Indonésie donne la permis­sion à l’existence d’homosexuels, mais désor­mais l’Indonésie rejette leur exis­tence. La représen­ta­tion sociale de l’homosexualité a porté la société Indonési­enne pour faire la distinction/​la caté­gori­sa­tion dans le cadre du « gender belief system ». Cette recherche s’intéresse à la migra­tion et le soutien familial des gays Indonésiens à Paris. Elle repose sur une fait sociale qu’il y a des gays Indonésiens qui ont migré à Paris pour des raisons diverses. Par contre, cette étude ne se limite pas à exam­iner les raisons pour lesquelles ils ont migré, mais elle analyse égale­ment leurs rela­tions avec la famille en Indonésie dans le cadre du soutien familial. Pour faire cette recherche, j’ai utilisé la méthode qual­i­ta­tive avec « face-en-face » inter­view. J’ai inter­viewé vingt gays Indonésiens à Paris avec leur trance d’âge entre 24 à 45 ans, sans voir une reli­gion parti­c­ulière et quel que soit le type de travail qu’ils font.

Page de référence