Les cartes postales MOVIDA : défaire les idées reçues sur les migrants africains

Depuis son lance­ment, le labo­ra­toire mixte inter­na­tional MOVIDA multi­plie les évidences scien­tifiques pour décon­struire les idées reçues qui circu­lent sur les migra­tions. C’est dans cette idée que les jeux de cartes postales séparent le vrai du faux en Afrique. Avec un format ludique, des images décalées, des textes courts et des messages percu­tants, elles visent le grand public. Elles perme­t­tent une large diffu­sion et concur­ren­cent les formats médi­a­tiques, prin­ci­paux vecteurs de diffu­sion des préjugés.

L’idée est née d’un projet de dialogue entre le labo­ra­toire MOVIDA et les décideurs poli­tiques séné­galais. Les cartes sont diffusées auprès des parlemen­taires et élus de la dias­pora séné­galaise. Leur format perme­ttra par la suite de les adapter à d’autres contextes nationaux et vers d’autres publics : lycées, musées, presse…

A chaque fois, l’objectif est de remettre en ques­tion un préjugé. Exemple : « les migrants emprun­tent tous des embar­ca­tions ou des pick-up ». Au verso de la carte, une photo de terrain et un message clair (« en Afrique de l’Ouest, les migrants se dépla­cent en car »). Le recto déroule un texte court synthéti­sant les résul­tats de recherche qui montrent que l’idée reçue ne repose sur aucune évidence scien­tifique. Plus il y a de « preuves » (chiffres, pour­cent­ages, lois, etc.), plus l’impact du message est fort. Le côté inno­vant de la carte postale fait aussi barrage à la percep­tion de la recherche académique comme austère et indigeste.

Parcourez les cartes postales sur les idées reçues