PUBLI : Anthropologies libanaises. Entre dispersion et lignes de force, Ethnologie française, vol. 51, n°2, 2021

Présen­ta­tion du dossier par Nicolas Puig & Michel Tabet

Les regards anthro­pologiques sur le Liban sont aussi variés que les approches et trajec­toires de ceux et celles qui les élaborent. Ils reflè­tent les tendances dias­poriques de ce petit pays (10452 km², un chiffre offi­ciel sujet à débat) enclavé et leur diver­sité témoigne de la richesse des savoirs produits à partir de son sol. Néan­moins, ils parta­gent d’être des regards anthro­pologiques en temps d’incertitude. En effet, le Liban est un pays ambiva­lent pour la recherche dans le monde arabe. À la fois acces­sible et traversé par de nombreuses tensions, il offre à l’anthropologie un espace parti­c­ulière­ment fécond pour penser des approches inno­vantes des crises.

Ce numéro a pour objet d’apporter aux lecteurs fran­coph­ones un état des lieux de la disci­pline anthro­pologique et de présenter les différents paysages et para­digmes ethno­graphiques qui y sont explorés, en mobil­isant les travaux de chercheurs formés, rési­dant et/​ou travail­lant dans ce pays. Il n’existe certes pas une anthro­pologie libanaise unifiée et, à l’image des frag­men­ta­tions sociales, économiques, et commu­nau­taires du pays, les travaux publiés en trois langues (français, anglais, arabe, même si les deux premières sont domi­nantes car plus valorisées sur le marché académique) sont autant produits par des chercheurs étrangers que libanais qui approchent sur le temps long certaines réal­ités du pays. Ces derniers sont en poste, quand ils en ont un, au Liban ou à l’étranger et souvent déten­teurs d’une double nationalité…

Retrouvez dans ce numéro, les contri­bu­tions de Hala Caro­line Abou Zaki & de Lama Kabbanji.