PUBLI : Claudia Moatti et Emmanuelle Chevreau (dir.), L’expérience de la mobilité de l’Antiquité à nos jours, entre précarité et confiance, Bordeaux, Ausonius, 2021

Présentation

La mobilité humaine s’inscrit dans l’espace, mais aussi dans le temps. Et dans le temps long : c’est un processus, un parcours, le plus souvent discon­tinu, fait d’une série d’évènements, au cours desquels les indi­vidus se déso­cialisent, se reso­cialisent, et se trans­for­ment. C’est ce vécu et sa réalité multi­di­men­sion­nelle et imprévis­ible que nous proposons de prendre en compte ici, pour saisir l’expérience migra­toire dans le moment même du déplace­ment. Le champ de l’enquête est donc celui de l’entre-deux, statu­taire, topographique, social ou idéel : c’est d’abord l’espace-temps du mouve­ment où tout peut arriver, où les repères sont en quelque sorte suspendus, où l’horizon se trouve indéfin­i­ment reporté ; c’est aussi l’espace rela­tionnel, fait de méfi­ance ou de confi­ance, qui se crée entre les migrants et ceux qu’ils rencon­trent. Sur les chemins ou au seuil d’un lieu inconnu, dans tous les cas, l’incertitude, qui pour certains est propice aux aven­tures, devient source de précarité́. Ce livre constitue le premier volet d’une petite anthro­pologie du mouve­ment, qui se veut à la fois trans­dis­ci­plinaire, transpéri­odique, et résol­u­ment comparatiste.

Paru­tion le 28 octobre 2021.