AAC : Dossier « Covid-19, migrations et parcours. Des mobilités aux prismes de l’immobilité : paradoxes et réalités », Revue Européenne des Migrations Internationales (REMI) — LIMITE : 28/​02/​2021

Appel à contributions

La Revue Européenne des Migra­tions Inter­na­tionales (REMI) lance l’appel à contri­bu­tions « Covid-19, migra­tions et parcours. Des mobil­ités aux prismes de l’immobilité : para­doxes et réalités »

Calen­drier et modal­ités 

La notion de parcours migra­toire propose d’appréhender la migra­tion comme un processus se constru­isant au gré des espaces traversés, des ressources mobil­isées et des choix person­nels, impli­quant une volonté et une inten­tion parti­c­ulières, selon les oppor­tu­nités, les contraintes et les risques rencon­trés. Elle considère égale­ment les inter­ac­tions entre les multi­ples acteurs (migrant·e·s, États, groupes crim­inels, collec­tifs de soli­darité). Au-delà de ces vécus liés à la « route », le parcours migra­toire considère aussi le temps de l’intégration/inclusion dans la société d’accueil et celui du retour. L’objectif général de cet appel vise alors à inter­roger la valeur heuris­tique de la notion de parcours migra­toire, afin d’observer les dynamiques des migra­tions dans le contexte de la Covid-19. Un double prisme sera adopté : quelles sont les inci­dences de la crise sani­taire et de sa gestion poli­tique sur les parcours migra­toires ? Que révèle la Covid-19 sur ces parcours, dans un contexte para­doxal d’immobilités contraintes ? Ces ques­tions pour­ront se décliner sur un plan juridique : les restric­tions apportées à la liberté de circu­la­tion sont-elles conformes aux différents instru­ments juridiques, nationaux, régionaux et inter­na­tionaux ? La notion d’« immo­bilité » et son appli­ca­tion dans le contexte de la Covid-19 sera égale­ment inter­rogée : n’a‑t-elle pas laissé perdurer des formes de mobil­ités ? Une troisième série de ques­tions portera sur la place des migrant·e·s dans la société : la Covid-19 n’a‑t-elle pas contribué à les « visi­biliser » ? A‑t-elle eu une inci­dence sur les inégal­ités systémiques (éduca­tion, santé, travail, etc.) auxquelles sont fréquem­ment confronté·e·s les migrant·e·s ? Enfin, la ques­tion de la santé mentale sera notam­ment reliée aux enjeux du retour et du rapa­triement, ainsi qu’aux liens avec les familles frag­ilisées par la pandémie.

Coor­di­na­tion : Florian Aumond (Juriste, Maître de conférence à l’Université de Poitiers), Véronique Petit (Démo­graphe, Professeure, CEPED, Univer­sité de Paris/​IRD) et Nelly Robin (Géographe, Direc­trice de recherche, CEPED, Univer­sité de Paris/​IRD)

Date finale de récep­tion des propo­si­tions résumées : 28/​02/​2021

Call for Papers

Covid-19, Migra­tion and Migra­tory Park­ours. From Mobility to the Prisms of Immo­bility : Para­doxes and Realities

Calendar and Modalities

The notion of migra­tory parkour proposes to appre­hend migra­tion as a process that varies according to the spaces crossed, the resources mobi­lized and personal choices, implying a partic­ular will and inten­tion, according to the oppor­tu­ni­ties, constraints and risks encoun­tered. It also considers the inter­ac­tions between multiple actors (migrants, States, crim­inal groups, soli­darity collec­tives). Beyond these expe­ri­ences linked to the “route”, the migra­tory parkour also encom­passes the process of integration/​inclusion in the host society and of return/​repatriation in the country of origin. The general objec­tive of this call is then to ques­tion the heuristic value of the notion of migra­tory parkour in the context of Covid-19. A double prism will be adopted : what are the impacts of the health crisis and its polit­ical manage­ment on migra­tory parkour ? What does the Covid-19 reveal about these park­ours, in a para­dox­ical context of constrained immo­bility ? These ques­tions can be declined on a legal level : are the restric­tions brought to the freedom of move­ment in confor­mity with the different legal instru­ments, national, regional and inter­na­tional ? The notion of “immo­bility” and its appli­ca­tion in the context of the Covid-19 will also be ques­tioned : has it not allowed forms of mobility to persist ? A third series of ques­tions will deal with the place of migrants in society : did the Covid-19 not contribute to their “visi­bility”? Has it had an impact on the systemic inequal­i­ties (educa­tion, health, work, etc.) that migrants frequently face ? Finally, the ques­tion of mental health will be linked to the issues of return and repa­tri­a­tion, as well as to the links with fami­lies weak­ened by the pandemic.

Coor­di­na­tion : Florian Aumond (Jurist, Lecturer, Univer­sity of Poitiers), Véronique Petit (Demog­ra­pher, Professor, CEPED, Univer­sity of Paris/​IRD) and Nelly Robin (Geog­ra­pher, Research Director, CEPED, Univer­sity of Paris/​IRD)

Dead­line to send abstracts : February 28, 2021