Le nouveau De facto est en ligne !

Parler de dias­pora chinoise, permet de prendre en compte à la fois les immi­grés arrivés de Chine, ou des Chines (République popu­laire, Taiwan, Hong Kong et Macao), et les immi­grés arrivés des commu­nautés chinoises outre-​mer, en parti­c­ulier les réfugiés du Sud-​est asia­tique de culture chinoise. Au-​delà des différentes routes de migra­tion et d’exil, la diver­sité de la dias­pora tient aussi au passage des généra­tions : enfants et petits-​enfants de migrants font vivre et trans­for­ment la vie commu­nau­taire de la dias­pora et les représen­ta­tions de la popu­la­tion d’origine chinoise en France. Le passage d’une généra­tion à l’autre est parti­c­ulière­ment intéres­sant lorsque l’on s’intéresse aux formes d’engagement, d’action collec­tive et de prise de parole dans l’espace public.

Des collec­tifs de sans-​papiers aux mani­fes­ta­tions contre les violences organ­isées par les entre­pre­neurs chinois, ce numéro de De facto s’in­téresse aux mobil­i­sa­tions d’immigrés chinois qui sont devenues un peu plus visi­bles depuis une décennie.

Lire le numéro

Sommaire

Descendants d’immigrés et mobil­i­sa­tion : de la lutte contre les stéréo­types vers l’émergence d’une iden­tité Asiatique
Ya-​Han Chuang, soci­o­logue, et Hélène Le Bail, socio-politologue

Comment la lutte contre les violences faites aux Chinois s’est-elle organ­isée en Seine-Saint-Denis ?
Aurore Merle, sociologue

Documenter la douleur des autres : Souvenirs, iden­tités et appar­te­nance dans les imag­i­naires dias­poriques des Teochew
Khatharya Um, politologue

Municipales 2020 : immi­grés et candidat.e.s d’origine asia­tique dans Paris et sa banlieue
Baptiste Coulmont, sociologue