Comment la lutte contre les violences faites aux Chinois s’est-elle organisée en Seine-Saint-Denis ?

Entretien avec Aurore Merle, sociologue

La mort du couturier chinois Zhang Chaolin, en 2016, a déclenché une vive mobilisation révélant le phénomène d’insécurité subi par les personnes originaires de Chine en Seine-Saint-Denis. À la suite de ces événements, la préfecture de Seine-Saint-Denis a mandaté l’association Dialogue citoyen pour faire un diagnostic de la prévention de la délinquance à l’encontre de cette communauté à Aubervilliers, La Courneuve et Pantin. La sociologue Aurore Merle, qui a participé à l’enquête, décrit cette insécurité et les solutions apportées par les pouvoirs publics et les habitants.

Pour aller plus loin
L’auteur

Aurore Merle est maître de conférences en civil­i­sa­tion chinoise à CY Cergy Paris Université.

Citer cet article

Aurore Merle, « Comment la lutte contre les violences faites aux Chinois s’est-elle organ­isée en Seine-Saint-Denis ? », in : Hélène Le Bail et Ya-Han Chuang (dir.), Dossier « Dias­pora chinoise, généra­tions, engage­ment », De facto, n°23, nov. 2020. Réal­i­sa­tion : Perin Emel Yavuz. URL : https://​www​.icmi​gra​tions​.cnrs​.fr/​2​0​2​0​/​1​1​/​1​8​/​d​e​f​a​c​to-023 – 02/

Republication

De facto est mis à dispo­si­tion selon les termes de la Licence Creative Commons Attri­bu­tion-No deriv­a­tive 4.0 Inter­na­tional (CC BY-ND 4.0). Vous êtes libres de repub­lier gratu­ite­ment cet article en ligne ou sur papier, en respec­tant ces recom­man­da­tions. N’éditez pas l’article, mentionnez l’auteur et précisez que cet article a été publié par De facto | Institut Conver­gences Migra­tions. Demandez le embed code de l’article à defacto@icmigrations.fr