L’exil européen au XIXe siècle : une affaire de mots

Antonin Durand, historien

Depuis 2016, le programme jeunes chercheuses et jeunes chercheurs Asileu­ropeXIX travaille sur les poli­tiques d’asile à l’égard des exilés poli­tiques dans l’Europe du XIXe siècle. Très vite, la ques­tion du vocab­u­laire utilisé par les acteurs pour décrire ces flux migra­toires s’est imposée comme une clé essen­tielle de compréhen­sion des dynamiques de l’accueil des étrangers.

Cliquez sur la carte pour accéder à la page de navi­ga­tion de la carte

Les débats récents sur le choix des mots pour désigner les femmes et hommes qui traversent la Méditer­ranée pour gagner l’Europe ont remis au cœur de l’actualité une évidence : la migra­tion est aussi une affaire de mots et le choix de ces mots est presque toujours le résultat d’options poli­tiques. Les débats contem­po­rains n’ont pour­tant fait que réac­tiver des caté­gories qui, pour la plupart, étaient déjà en usage au XIXe siècle. Les révo­lu­tions de 1789, 1830 ou 1848 avaient jeté sur les routes européennes des milliers de libéraux, de démoc­rates ou de monar­chistes, fuyant la répres­sion et les persé­cu­tions. Exilés, réfugiés, émigrés, proscrits, étrangers, ces figures sont déjà famil­ières dans l’Europe du XIXe siècle. Pour autant, les réal­ités que recou­vrent ces mots sont déjà fluc­tu­antes et enjeux de débats.

Un récent numéro de la revue Hommes et migra­tions et une page dédiée du site internet du programme Asileu­ropeXIX se proposent de revenir aux orig­ines de l’usage de ces différents mots pour comprendre leur généalogie : comment le sens des mots s’est-il fixé ? Comment le droit s’est-il saisi des différences lexi­cographiques pour définir des caté­gories juridiques ? Comment les migra­tions ont-elles contribué à faire circuler ces caté­gories dans les différentes langues européennes ? Un retour au labo­ra­toire de créa­tion des caté­gories du vocab­u­laire migra­toire que fut le XIXe siècle paraît plus que jamais indis­pens­able pour éclairer les débats contemporains.

Auteur

Antonin Durand est coor­di­na­teur scien­tifique du départe­ment Global de l’Institut Conver­gences Migra­tions. Il est membre associé à l’In­stitut d’histoire moderne et contem­po­raine (IHMC).

Pour citer cet article

Antonin Durand, « L’exil européen au XIXe siècle : une affaire de mots », Dossier « La migra­tion est aussi une affaire de mots », De facto [En ligne], 3 | janvier 2019, mis en ligne le 15 janvier 2018. URL : https://www.icmigrations.cnrs.fr/2019/01/15/defacto‑3 – 005/

Droit d’auteur

De facto est mis à dispo­si­tion selon les termes de la Licence Creative Commons Attri­bu­tion-No deriv­a­tive 4.0 Inter­na­tional (CC BY-ND 4.0). Vous êtes libres de repub­lier gratu­ite­ment cet article en ligne ou sur papier, en respec­tant ces recom­man­da­tions. N’éditez pas l’ar­ticle, mentionnez l’au­teur et précisez que cet article a été publié par De facto | Institut Conver­gences Migrations.